Comment est calculé le bonus-malus ?

lesconseilsdecharlotte.comMes conseilsComment est calculé le bonus-malus ?

Le bonus-malus est un système permettant de calculer chaque année le montant des primes d’assurance automobile des automobilistes.

Il est calculé à l’aide d’un coefficient basé sur le comportement du conducteur avec son véhicule : plus l’accident est fréquent, plus la pénalité est importante ; si le comportement du conducteur est exemplaire, le tarif de l’assurance sera plus faible, vous bénéficierez donc de la réduction. Il est également connu sous le nom de coefficient additif de réduction (CRM).

Qu’est-ce qu’un bonus-malus ?

Le bonus-malus est un facteur qui s’applique au montant annuel de votre assurance auto. Elle peut être comprise entre une borne inférieure de 0,50 (récompense maximale) et une borne supérieure de 3,50 (pénalité maximale). Par exemple, une amende de 3 signifie que votre prime d’assurance automobile sera multipliée par 3.

À l’inverse, une prime de 0,50 vous permet de diviser par 2 le coût de votre contrat d’assurance : un avantage non négligeable à payer moins cher ! La répartition des primes ou des amendes dépend du comportement de l’assuré sur la route.

Le conducteur bénéficiera d’une augmentation automatique de sa prime s’il ne cause aucun accident par négligence pendant une année entière. Sinon, il sera pénalisé, donc ses primes d’assurance automobile augmenteront.

Qui est concerné par le bonus-malus ?

Les conducteurs de véhicules terrestres à moteur sont soumis à la prime. Il s’agit de voitures comme les deux-roues. Cependant, certains sont exclus de ce système de réduction/augmentation, tels que :

  • Cyclomoteurs de petite cylindrée, c’est-à-dire n’excédant pas 125 cc ou 11 kW de puissance (pour les scooters électriques) ;
  • Véhicules de collection Plus de 30 ans véhicules agricoles.

Comment calculer le bonus-malus ?

Le facteur de bonus commence à 1 et varie entre 0,5 après 14 ans de couverture accident sans fautes et 3,5 après plusieurs accidents responsables. L’assuré reçoit une prime d’assurance de 5 % par an pour les incidents sans faute.

À chaque survenance d’un accident de responsabilité, le coefficient de participation de l’assuré augmentera de 25 %. Si vous rencontrez des difficultés pour vous assurer avec une assurance auto classique, sachez qu’il existe une assurance auto malus qui peut vous permettre de reprendre la route en toute sécurité.

Comment connaître votre facteur bonus ?

Pour connaître votre Coefficient Bonus-Malus (CRM), vous pouvez le calculer vous-même en vous référant aux règles de calcul que nous avons expliquées plus haut. Vous pouvez également connaître votre prime d’assurance en demandant à votre compagnie d’assurance de vous fournir votre relevé d’informations.

Vous pouvez trouver votre facteur de bonus dans ce document. Pour rappel, à l’expiration de votre contrat d’assurance auto, votre compagnie d’assurance a l’obligation de vous faire parvenir chaque année un relevé d’informations.

À quand la baisse du bonus-malus ?

En accumulant les incidents de responsabilité, le facteur diminution-augmentation, le bonus-malus, peut rapidement devenir important et impacter négativement le prix de votre contrat. Les prix peuvent monter en flèche rapidement en raison de plusieurs réclamations. Les assurés concernés sont appelés « conducteurs avec facultés affaiblies ».

A priori, la seule possibilité de réduire le coefficient bonus-malus est de cumuler des années sans sinistre responsable. Mais cela ne permet qu’une réduction de 5 % par an, ce qui rend longue et difficile la compensation de l’augmentation de 25 % en cas d’accident. Pour cette raison, la loi prévoit la règle dite du « déclin rapide », qui stipule que le facteur ne peut être supérieur à 1 en l’absence de sinistre pendant deux années consécutives.

Ainsi, quel que soit le tarif payé par le « conducteur en état d’ébriété », le tarif est automatiquement ramené à la prime de référence au bout de 2 ans. Cette règle s’applique même si vous avez une pénalité maximale (3.5). Pour bénéficier d’une « baisse rapide », les conducteurs doivent avoir le contrat d’assurance automobile de deux ans requis. Cela permet de démarrer avec un facteur de réduction de 1 pendant 2 ans.

mentionslegales ph